Retour à l'accueil
Exemples de Gfv :

GROUPEMENTS FONCIERS VITICOLES

Objectifs patrimoniaux




Les Groupements Fonciers Viticoles disposent de caractéristiques propres qu'il convient de connaître pour optimiser son placement



Placer à long terme

Acquérir des parts de GFV, c'est choisir un placement foncier à long terme. Cette durée s'inscrit d'ailleurs naturellement dans les conditions de détention prévues par le législateur, lesquelles ouvrent droit à d'importants avantages fiscaux en matière de transmission et d'ISF.



Diversifier son patrimoine

Le GFV est destiné à une catégorie d'investisseurs en phase de diversification de patrimoine. La richesse de notre offre permet, en outre, de prolonger ce besoin en envisageant une répartition sereine : différentes régions sont proposées mais aussi de nombreuses propriétés, chacune située à des seuils de maturité différents.



Transmettre efficacement

Le GFV est un outil particulièrement efficace pour transmettre son patrimoine. En effet, les investisseurs bénéficient d'une importante réduction d'assiette sur le calcul des droits de donation et de succession : dans la limite de 101.897 € par bénéficiaire (héritier ou donataire), 75 % de la valeur nette des biens donnés à bail à long terme est exonérée de tout droit. Au-delà de ce seuil, l'exonération est " ramenée " à 50 %. Les conditions de détention nécessitent que le souscripteur conserve ses parts 2 ans au moins avant la mutation, et que la (les) personne(s) qui les reçoit(vent) les conserve(nt) à leur tour pendant 5 ans, soit une durée minimale de détention de 7 ans. Cet avantage déterminant, dont le bénéficiaire de la transmission pourra à son tour profiter, a incontestablement contribué au réel succès de cet investissement.



Réduire son ISF

Les GFV bénéficient de cet avantage supplémentaire. Comme pour les mutations à titre gratuit, il s'agit là d'une réduction d'assiette : 75 % de la valeur nette des biens donnés à bail à long terme est ainsi exonérée de tout ISF dans la limite de 101.897 €  détenus. Au-delà de ce seuil, l'exonération est ramenée à 50 % et ce, sans limite.